A propos

YRICHE COFFEE : la liberté sans étiquette, du local dans le global.


Yriche Coffee est l'un des millions de blog qui se déploie sur la planète Web. Une goutte dans l'océan, mais quelle goutte. Légèrement sucrée, un peu amer, parfois acide, l'Yriche Coffee est un peu une vitrine de ce que je vois au jour le jour. 

Mais pourquoi lire l'Yriche Coffee me direz-vous ? Parce que "être" ne se limite pas à un travail, à une fonction, à un paraître, mais bien à un mélange, un dosage entre nos aspirations profondes et la réalité du moment, les besoins et les désirs. Ainsi cette page est la confluence entre mon entreprise en coaching et conseil (www.lab-conseil.fr), l'engagement citoyen en tant qu'élu dans le conseil municipal de mon village et autres engagements, et ma revendication artistique via la photographie cf le site  Y'a de l'air pour y découvrir mes travaux et portfolio.


Enfin une petite présentation "politique" s'impose. 
J'aime les mélanges. J'aime les esprits libres, c'est à dire critiques et constructifs. Mettre de la perspective, pour sortir des besoins primaires, qu'il faut satisfaire mais surtout contrôler pour ne pas s’abêtir.  Dans l'esprit je suis plutôt libéral, j'aime la liberté qui induit la responsabilité. Je ne crois ni au collectivisme ni à l'individualisme forcené, tout n'est que question d'équilibre pour permettre à chacun d'être autonome et libre de ses choix.

La Liberté avant tout

Je ne suis donc ni communiste, ni fn-iste, ni vraiment de gauche ni vraiment de droite, mais pas tout à fait centriste non plus même si un temps j'ai adhéré un temps à l'UDF/Modem, un brin écolo, mais pas écologistes. Je ne crois pas que les partis soient la solution, ils sont une partie de solution, les référendums et la société civile sont l'autre partie des solutions.

Je suis marié et père de trois enfants. Une façon de vous dire que je ne suis pas coupé des réalités de la vie de famille et des coûts auxquel chacun doit faire face.

J'ai commencé à tenir un blog en 2003 sur AOL, avec un truc prémonitoire qui s'appelait "la babouche" (A bas Bush). Puis très vite dans l'après 21 avril 2002, j'ai décidé de m'engager et de rejoindre l'UDF, et j'ai commencé à parler politique. L'apogée de mon engagement politique s'est manifesté durant la campagne 2007 sur France2007.blogspot.com (mis hors ligne depuis) campagne durant laquelle j'ai plutôt soutenu François Bayrou.

En 2006, j'ai rejoins les rédacteurs d'Agoravox communauté dans laquelle j'écris encore très épisodiquement, espace du journaliste citoyen, même si le terme journaliste citoyen est parfois un peu dévoyé par des approches plus d'opinions que de journalisme.

Yriche Coffee est un blog épisodique, ma ligne éditoriale a beaucoup évoluée et évoluera sans doute encore.
Car le monde tourne, de plus en plus vite, tellement que parfois la tête nous en tourne avec. L'incertitude gagne aussi, amenant les uns et les autres parfois à l'hystérie, alors même qu'il faut garder sans froid et recul sur les événements. 

S'engager c'est aussi être présent dans la vie locale, alors en 2014 j'ai participé à l'élection municipale sur la liste de Roger Bertrand maire sortant de Mons (Gard) et réélu pour un 6ème mandat. 

La politique sans étiquette
Non élu, premier non élu de la liste, j'ai intégré en 2016 le conseil municipal pour remplacer un conseiller sur le départ, et je fais néanmoins parti de la commission culture et du CCAS de Mons. Je participe également avec l'entreprise pour laquelle je travaille à une association de chefs et dirigeants d'entreprises au développement économique local.

Je suis un partisan de la politique sans étiquette, c'est difficile, mais possible. Les postures des uns et des autres sont usantes pour notre vie publique. Pour avoir participé à la vie d'un parti politique j'ai vite vu les limites des clans et des egos qui s'y constituent aux dépends de la recherche de solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Le monde est complexe, les solutions toutes simples ne tombent pas toujours sous le bon sens. Les interactions sont multiples du fait de la complexité du monde, et le simple est parfois l'ennemi du bien quand le compliqué est l'allié du mal... (un peu tordu non?).

2016 Le tournant
Depuis fin avril j'ai l'honneur d'être adhérent à pôle emploi et bénéficiaire d'une CSP. Mon emploi n'était plus pérenne dans un contexte économique défavorable, cela ne m'affecte pas, c'est la vie. Au dernier trimestre 2016 2017 j'ai j'aurais  créé mon cabinet de conseil en stratégie et développement économique et en coaching auprès des dirigeants et des équipes de TPE et PME. Je serai aussi encore plus actif dans mon travail de photographe auteur.
En 2016 j'ai décidé que je ne prendrai pas part à l'élection présidentielle, je ne voterai pas. La raison est simple : dans un monde aux incertitudes de plus en plus fortes,le présidentialisme ne permet pas de définir un projet commun. Seules les batailles du JE dominent, sauf peut être à l'ultra gauche mais je n'en partage pas les valeurs. JE ne voterai donc pas pour le programme d'un président. 
Nota de 2017...
Et donc en 2017, j'ai finalement décidé de voter. Cela m'a coûté car le diagnostic sur l'état des démocraties et de la Vème République n'a pas changé. Mais face à une menace de type Mélénchon face à Le Pen, ma responsabilité personnelle a été de glisser dans l'urne un bulletin de vote Macron. Pas seulement par rejet des deux autres, sinon à quoi bon, mais bien parce qu'il me semble qu'un changement de société s'impose. Mais ça c'est une autre histoire, laissons un peu de temps au temps...


Bonnes lectures à tous,

...





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Minecraft un jeu pour enfant qui propose des personnages d'Hitler

#Balancetonporc : l'indispensable parole