Chronique de fin de la 5ème République #1

#CF5R #NuitDebout #Dette
"Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent" - Démosthène

#Préambule à la Chronique de Fin de la 5ème République #CF5R

Depuis 2002, notre système politique montre ses limites politiques. Sans entrer dans les détails mille fois développés ici ou ailleurs, nous avons :
  • des présidents qui s'attaquent à être des chefs de gouvernement, rôle normalement dévoyé au 1er ministre, et surtout à se commettre dans les tactiques politiciennes plutôt que la stratégie du pays.
  • des partis politiques qui ne jouent plus leurs rôles programmatiques pour porter et partager une vision de la France à 10 ou 15 ans et qui au contraire, font du marketing électoral en ciblant plus particulièrement les segments électoraux qui les intéressent.

Tout cela transforme les programmes en une sorte de "business plans" et mon expérience en matière de prévisionnel des plans d'affaires me permet d'affirmer qu'il est difficile, voir impossible, de réaliser tout ce qui est annoncé dans les temps imaginés au départ. 
C'est bien pour cela que la stratégie est importante, elle permet de maintenir un cap et d'ajuster aux circonstance son action. L'important est donc de savoir où nous voulons aller, où nous voulons amener le pays, comment et avec qui. Et cela est valable aussi pour l'Union Européenne et la zone Euro.

La 5ème République se meurt, le passage au quinquennat aurait dû amener à passer à une Vième République avec un travail de fond sur la représentativité au parlement, peine perdue, la proportionnelle n'arrive pas. Et tous vous disent que s'ils sont élus, les 6 premiers mois ils passeront toutes les mesures importantes de leur programme pour appliquer le changement. Mais le changement il se fait dans la durée pas dans l'instantanéité. 

Il n'est dons pas étonnant de voir le temps se contracter, les attentats, le chômage, la faiblesse du pouvoir, la montée des protestataires, la crise des réfugiés, la rupture entre les très riches et les autres, entre la finance et l'économie réelle, les Panama Papers qui viennent apporter la preuve dont ce tout le monde se doute ou sait sans avoir de preuve, tout cela dans une période très courte ne peut qu'amener à une fin inéluctable pour la République. Cette fin se fera-t-elle dans la révolte ou dans une certaine civilité, cela je ne peux pas le dire. Je ne parle même pas de la loi El Khomeri qui n'est à mon sens que l'étincelle qui met la rue debout.



#NuitDebout
il n'y a aucun doute que les mouvements les plus à gauche, les plus militants soient à l'origine de la #NuitDebout. Mais l'attente est forte chez les jeunes, dans la société civile pour déverrouiller la société. Le mouvement se développe, de Paris à Toulouse, de Lyon à Bordeaux, et même dans des villes de moindre importance.
Ce mouvement ne doit pas se prendre à la légère. Il est, dans une de ses formes, contestataire, mais il veut redonner au peuple ce que la politique et la finance lui ont confisqué, le pouvoir de choisir après avoir débattu, comme nous l'avons fait lors du référendum sur la constitution de l'Union Européenne. Pour aussitôt voir ce vote trahi par un traité à minima. 
Le mouvement doit aussi permettre de sortir des dogmes. Je ne crois pas dans la lutte des classes. Cette lutte est aujourd'hui artificielle. Les différences de statuts sont manifestes, mais nous entretenons des oppositions au lieu de rechercher ce qui nous rapproche, j'espère que les "nuits debout" sauront rapprocher les gens par le dialogue.
A Alès et Nîmes les #Nuitdebout débutent le samedi 9 avril, soit le #40mars, une bonne date pour commencer.

#Dette
Ceux qui vivent le surendettement sauront certainement vous exprimer la révolte, l'injustice qu'ils peuvent ressentir, mais aussi les remords qu'ils peuvent avoir à s'être laisser embarquer dans un endettement excessif.
L'une des questions primordiale pour les pays européens est de savoir comment réduire la dette intelligemment. Les réponses ne  sont pas minces, et il faut sortir de l'incontournable débat sur le retour à la monnaie nationale comme seule solution. Comment se fait-il que la France et d'autres pays puissent emprunter à taux négatif ?
Que cela signifie t-il ? N'est-ce pas un moyen de réduire la dette ? Dans tous les cas, pour pouvoir dégager des actions il faudra s'attaquer à ce problème majeur qui fait que certains choix sont dictés par les "marchés" et non par les gouvernements ou les peuples.

Fin de #CR5F n°1

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Minecraft un jeu pour enfant qui propose des personnages d'Hitler

#Balancetonporc : l'indispensable parole