Divines Migrations et Solidarités Humaines

Pouvons nous encore accepter le silence complaisant de nos politiques sur le drame que vivent aujourd'hui les milliers de réfugiés qui arrivent chaque mois sur notre continent. Pouvons nous encore ne laisser que la parole de Le Pen résonner dans nos médias, et laisser bien d'autres apeurés, la laisser dire.
Pouvons nous encore, après Charlie Hebdo, ne pas écouter les millions de français qui en appellent à la République face à l'horreur, et en même temps ne rien faire pour les réfugiés victimes des mêmes terroristes.

Pouvons nous encore accepter de voir un enfant de 3 ans reposant sur une plage, sans souffle de vie parce que sa famille fuit la guerre et les bombardements.

Loin de moi de vous faire pleurer. Les temps sont durs, les guerres sont des guerres, les morts sont des morts. Mais parce que les temps sont durs devons nous choisir la facilité du silence, la complaisance du rejet ou alors, au contraire, faire le choix non seulement de dire et d'alerter, mais celui d'agir.

L'indignation ne suffit pas. Nous sommes à un moment clé de notre histoire, l'un de ces moments qui font que l'humanité l'emporte dans la solidarité, ou que l'humanité s'efface dans l'horreur.

Nos politiques, nos intellectuels, nos artistes sont trop silencieux, nous sommes trop silencieux pour agir.

Alors disons les choses. La guerre, la faim a rempli les camps de réfugiés en Turquie, en Tunisie, en Jordanie, et dans bien d'autres pays. Nous avons fermé les yeux, alors que l'information circule, nous ne pouvions pas dire que nous l'ignorions. Il n'est plus question de laisser la place à l'égoïsme.

Alors place à l'action.

D'abord manifester, écrire, protester. #PasEnNotreNom pour dire que les politiques menées ne le sont pas en notre nom. Il n'y peut pas y avoir de débat sur l'accueil des réfugiés, c'est un devoir. Les débats portent sur le où, comment, avec qui, pas sur le bien fondé ou non de l'accueil. Les secours se demandent-ils s'il faut intervenir ou non ? Non ils interviennent. Nous devons donc intervenir.

Ensuite s'organiser, chacun à son niveau. Pour se mettre en réseau, pour trouver des lieux d'accueil,
Car il faut que les enfants puissent aller à l'école que les réfugiés puissent travailler.

Cela se passera dans nos mairies, auprès de nos conseillers municipaux, de nos maires, de nos conseillers régionaux, de nos députés et nos sénateurs. Il faut aller les voir, leur dire que nous sommes prêts à les accueillir, à donner du temps, de l'argent, des vêtements, que sais-je encore.

Il n'est pas possible de créer des camps de réfugiés, cela serait une erreur. Un camp ne peut être que provisoire pour recenser les personnes et ensuite les orienter. Il faut que les communes s'organisent pour permettre cet accueil, car ce sont elles qui peuvent mobiliser des logements, les écoles et les préfectures pour qu'ils puissent vivre "légalement".

Rappelons nous que la Méditerrannée est une mer d'échanges ou les peuples, les civilisations occidentales y ont trouvé leurs racines.

Je fais le rêve de pouvoir voyager tout autour de ce bassin en homme libre, Que nos voisins puissent eux aussi voyager en toute liberté et en paix. Personne ne fuit son pays par plaisir, personne ne risque sa vie pour traverser la mer et les montagnes avec des enfants sans une raison vitale. C'est cela qu'il faut rappeler.

Plus que jamais nous pouvons changer le monde et la face de l'histoire.

Personne ne pourra dire "Nous ne savions pas", car plus que jamais nous savons.

Si vous avez des expériences à partager n'hésitez pas à ajouter vos commentaires. Merci.

Addendum : A lire http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20150903.OBS5229/drame-des-refugies-qu-est-ce-que-je-peux-faire-pour-aider.html

Drôle d'écho...




Statuette japonaise qui donnera plus tard naissance à la Sirène, ici l'âme d'un marin mort en mer (Mucem)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Minecraft un jeu pour enfant qui propose des personnages d'Hitler

#Balancetonporc : l'indispensable parole