Articles

Affichage des articles du août, 2013

Faire de la politique sans étiquette : la République 2.0

Image
Depuis de nombreuses années je me demande s'il est possible de faire de la politique sans être affilié à un parti. L'idéologie en tant que telle n'attire plus les foules. Du PS à l'UMP, les différences existent mais elles sont finalement assez caricaturales et n'ont d'autres fins que de remporter l'élection. Ailleurs sur l'échiquier chacun rêve d'un effondrement pour une révolution rouge ou bleue marine, qui ne vaut guère mieux. Le problème n'est pas politique au sens des couleurs politiques, mais politique au sens de la vie de la cité.

Le problème vient des politiques. François, Nicolas, Jean-François, Martine, Marine, Jean-Luc, tous vivent de la politique. Beaucoup vous diront qu'ils vivent pour, sans doute, mais chacun fait tourner sa boutique, sa petite ou grosse entreprise, selon que les résultats sont favorables ou pas. En fait tous rêves de l'élection suprême, celle de la présidence. Une obsession française.

Et de fait, en France…

Web : Un boulevard "Hitler" fait la poubelle du nazisme

La provocation mérite t-elle que l'on en parle ? Si le site "Boulevard Hitler" n'est pas un fake, alors, oui, il faut en parler. La violence du site est bien réelle, dans les slogans pro-racistes, puisque le site prône dans la même phrase, la race européenne et le non-égalitarisme. La violence aussi en photo, comme celle dans laquelle les gens du voyage sont fléchés dans la même direction que la déchetterie.

On se demande bien d'ailleurs qui fait les poubelles ? Le site clairement extrême droite et raciste est à vomir.

Au vu des propos, aucun doute, le site sera censuré, voir fermé assez rapidement. Mais la question de fond demeure. Comment des gens dits civilisés peuvent être aussi abjectes dans leurs propos ? Evidemment ils trouvent un écho favorable, les changements dans nos économies et sociétés sont tels et tellement rapides que les politiques et intellectuels ne sont pas en mesure d'offrir des solutions pérennes et rassurantes.

Néanmoins de telles obsc…