Réguler les consommations par un pacte énergétique

video
Samedi 4 février, froid et vent dans le Gard...

Avec la vague de froid qui s'est abattue sur la France chacun peut prendre conscience de la place de l'énergie et du chauffage dans nos modes de vie.

Ce matin, dans le Gard, le thermomètre que j'avais mis sur la terrasse dans le vent indiquait un bon -11,7° Celsius. Le Froid en lui même est supportable. Ce qui l'est moins c'est le vent qui crée des courants d'air et abaisse la température y compris dans les maisons.

Pour faire face au défi de l'énergie il est indispensable de bien isoler les bâtiments pour éviter les pertes de chaleur, en particulier quand les températures sont basses. Néanmoins il n'est pas possible de la faire sans penser à la ventilation et au renouvellement de l'air afin de ne pas transformer l'habitat en un drôle de piège à humidité et bactéries de tout genre.

Mais cela peut aussi se manifester dans les comportements : en effet de nombreux logements sont chauffés à 22, 23 voire, 24° Celcius. Nombreux sont ceux qui ne veulent pas renoncer à ce confort. A la rigueur, une cheminée en complément du chauffage pourquoi pas. Avec une température de 19° au lieu de 22 ou 23° une grande partie des pics de consommation pourrait être moindre (rappelons que la France utilise presque 30% de  l'électricité des ménages pour le chauffage à l'électricité - hors ballon d'eau chaude).

La thermographie infrarouge des bâtiments pour détecter les fuites d'air
Mais afin d'améliorer les comportements énergétiques et redonner du sens à la collectivité il serait intéressant de mettre en place un pacte énergétique auprès des ménages. La première pierre de ce pacte passe par une analyse du parc immobilier (analyse en cours via les diagnostics performance énergétique que l'on réalise pour noter les bâtiments lors des transactions immobilières). Ces diagnostics doivent permettre de réaliser les travaux nécessaires à une rénovation des bâtiments y compris avec l'aide de l'état et des collectivités. 

En parallèle le tarif énergétique doit être régulé. Cela n'est pas nouveau il fut une époque ou la consommation d'eau et la facture était gérée par pallier. Evidemment cela peut ressembler à une usine à gaz, mais cela semble indispensable quand une grande partie de la population est un carence énergétique.
Ainsi selon différents critères (nombre de personne, surface, type de chauffage et de chauffe-eau, etc) une consommation plafond à un prix minimal est attribué par logement / compteur. Tout dépassement fait alors l'objet d'une facturation supplémentaire avec une plus-value qui augmente avec la consommation. Les plus-values servent alors à réhabiliter les logements et à aider les familles qui ne peuvent pas faire face à leurs dépenses énergétiques du fait d'une mauvaise isolation.

On retrouve dans ce système à la fois la solidarité, le principe de proportionnalité et celui de responsabilité individuelle.

Et évidemment, rien n'empêche de le faire aussi pour une ressource qui nous est vitale : l'eau...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Minecraft un jeu pour enfant qui propose des personnages d'Hitler

Faire de la politique sans étiquette : la République 2.0