Thello : Paris-Venise train couchette de nuit sans dormir !

Le voyage consistait à partir en famille pour Venise, en train couchette, cela a un certain charme même si l'on sait que voyager en train de nuit n'est pas de tout repos, se retrouver en cabine et partager un repas ensemble est déjà un voyage.

Thello, est la compagnie que possède Veolia dans le transport. Et l'une des premières lignes ouverte à la concurrence est le Paris Venise, ligne remportée par Thello et surtout utilisée depuis le 11 décembre par la nouvelle compagnie ferroviaire.

Bon disons le tout de go, on s'attend que le privé fasse mieux que le "public". Déception. A l'évidence la compagnie a surtout investi dans la peinture, car le train est un train d'occasion, certes fort sympathique mais affublé d'étiquettes sur chaque wagon :

"A EXAMINER 
pour cause de défectuosités désignées aux parties ci-dessous"


Evidemment, l'idée première est de se dire que la SNCF se commet dans l'excès de zèle sécuritaire pour lutter contre la "privatisation" des chemins de fer. La réalité est toute autre.

A l'aller, l'un des wagons était surchauffé, impossible de régler la température dans les cabines, avec un thermomètre à plus de 24,6° Celsius dans le couloir la nuit fut chaude, en tout cas dans le wagon 92, car dans le 91 tout allait bien et dans le wagon restaurant il caillait, résultat ce dernier était fermé, les équipes se sont pliées en quatre pour nous fournir malgré tout café et croissant avant notre arrivée (et oui le but de voyager ainsi c'est aussi d'avoir du service). Je passe sur le conducteur qui visiblement avait un petit faible pour le dernier petit coup de frein sec pour bien secouer le passager dans sa couchette, qui s'il n'avait pas été réveillé par la baisse de niveau sonore, était retourné à chaque arrêt en station.

Au retour, c'est une alarme qui a fonctionné tout au long du voyage, privant d'un sommeil déjà léger les occupants du wagon. Les allers et retours des équipes de bord laissaient penser que d'autres problèmes se déroulaient ailleurs, mais là chacun sa peine.

D'ailleurs, à chaque fois les toutes jeunes équipes commerciales à bord ont fait ce qu'elles ont pu, mais force est de constater qu'elles ne purent que comme souvent dans ces cas là, qu'écouter les récriminations des passagers.

Alors espérons pour les futurs voyageurs de cette ligne mythique que Thello investira un peu plus dans son matériel et dans la formation des équipes de bord. Car il est décevant de voir qu'une nouvelle compagnie fasse moins bien que ses prédécesseurs, que les véhicules soient des véhicules d'occasion (certes c'est plus rentable), et qu'un voyage en train couchette qui normalement est plutôt un voyage plaisir à la différence de l'avion, se transforme en désagrément. Avec un slogan : "Virée poétique à Venise", Thello rate là son coup car le voyage est loin d'être poétique, heureusement, arrivés à Venise, tout cela était oublié (ou presque).

A Paris, Gare de Lyon, le bureau Thello n'a pas pu prendre de réclamation n'étant au courant de rien, c'est pire que l'idée que l'on peut se faire d'une administration sclérosée...

La lagune vénitienne vue du train

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Faire de la politique sans étiquette : la République 2.0

Pétition : En 2017 abstenez vous pour ré-inventer la démocratie