Crise économique et systémique

La crise actuelle n'est pas une crise financière qui dégénère. La crise financière est un des éléments d'accentuation de la crise économique, elle même provoquée par deux facteurs principaux, d'une part une économie des pays "riches" qui s'est concentrée sur la consommation au dépend des systèmes productifs, d'autre part le système lui même arrivant à son point de rupture, rupture liée à l'épuisement des ressources et à la prise de conscience mondiale que la planète est menacée par nos modes de vie.

Dans cette angoissante évolution, la tentation est grande de prôner un retour aux valeurs de la gauche et à une mainmise de l'Etat sur l'économie et in fine la finance. S'il faut réguler, il faut aussi sans cesse réformer, c'est à dire réviser les régulations qui vieillissent pour les moderniser ou les supprimer.

Quelle piste suivre? La première sans aucun doute est de vivre l'opportunité de cette crise pour imaginer les produits et services de demain. Les véhicules à carburants fossiles sont appelés à disparaître cela est maintenant écrit dans l'inconscient collectif. Nos maisons seront moins gourmandes en énergie, la communication en la matière fait son chemin. Il faut aussi aider "l'artisanat" à devenir industriel, c'est à dire miser sur des techniques et savoir-faires qui demandent plus de formation et plus de proximité pour créer de l'emploi à valeur ajoutée plutôt que de s'accrocher à un plein emploi mal payé.
La deuxième est de penser différemment le rôle de l'Etat dans l'économie : son intervention doit être d'inciter via la fiscalité. TVA sociale ou autre, crédits d'impôts etc sont des solutions. Mais deux éléments restent primordiaux : le premier est la réduction des déficits et de la dette, le deuxième est de sortir d'une logique purement de relance par la consommation...

La relance ne peut pas se faire sur des grands chantiers, ne serait-ce que pour des raisons de délais d'études et de délais de marchés publics. C'est donc pour cela que la relance se fait psychologiquement par une relance de la consommation (baisse de la TVA en Grande Bretagne).

La crise actuelle nécessite à coup sûr une intervention de l'Etat pour aider ceux qui sont sans emplois à passer la crise. C'est l'impératif de l'Etat. Ensuite la réforme économique prend un temps beaucoup plus long que le temps politique, créer des entreprises et les voir grandir ne se fait pas sans mal, d'autant plus qu'il nous faut des PME et PMI qui auront capacités à exporter donc des marges (d'où un transfert des charges pesant sur le travail vers par exemple la TVA sociale et une réduction à terme des taxes professionnelles pour moins pénaliser l'investissement).

La crise donc se terminera fin 2009 ou début 2010 selon les différentes prévisions, voilà qui est rassurant, les marchés sont en pleines mutation aussi et les entreprises doivent trouver de nouvelles réponses.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Minecraft un jeu pour enfant qui propose des personnages d'Hitler

#Balancetonporc : l'indispensable parole