Déficit : la faute à la croissance?


Aucun doute n'est permis, si la France retombe à ses niveaux habituels de déficit budgétaire ce sera bien à cause de la croissance en panne...

Pas de chance direz-vous?

Ma foi, oui et non, oui car il est toujours plus facile de gérer les surplus de croissance que les risques de récession, et non parce que la France souffre de déficits jumeaux, plutôt, elle pourrait mieux s'en sortir si sa balance commerciale était au moins équilibrée... (Import-Export).

Or il n'en est rien et au contraire, le déficit commercial bat records sur records, à presque 40 milliards d'€uros pour 2007. Cela signifie que la France dépense via les entreprises et les ménages 40 milliards de plus qu'elle ne vend.

C'est bon signe me direz-vous c'est que les ménages consomment, que le moral est bon.

Evidemment cela n'est pas vrai, la France et les français perdent leur pouvoir d'achat. Certes en volume les exportations augmentent (mais les importations aussi) alors qu'en pourcentage la France perd des places en tant que pays exportateur. Si la France en paralèlle n'avait pas de déficit public, cela ne serait pas inquiétant, en tout cas moins et serait plus le signe d'une bonne santé économique. Mais les importations ne concernent ni les outils de production (nous pourrions être tentés d'investir en machines outils pour développer notre industrie), ni les énergies qui ont peu d'influence pour expliquer un tel déficit.

La réalité est dans la perte de compétitivité de nos entreprises, ou leur frilosité, ou bien leur petite taille dû à un manque d'ambition, et finalement un mélange de tout cela.

Retrouver le chemin de la compétitivité est un long chemin, il est plus facile de perdre de l'argent que d'en gagner, les entrepreneurs le savent bien, conquérir des marchés n'est pas un exercice facile....

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Minecraft un jeu pour enfant qui propose des personnages d'Hitler

Faire de la politique sans étiquette : la République 2.0