Articles

Affichage des articles du août, 2008

Le RSA sauvé par la crise

Image
Allié sans doute inattendu pour Martin Hirsch, qui j'en suis certain s'en serait bien passé, le risque clair de récession oblige Nicolas Sarkozy à trancher et à prendre définitivement parti pour le RSA, le Revenu de Solidarité Active.

En effet, après avoir "relancé" la consommation à l'été 2007 et ainsi griller une cartouche dans ses marges de manœuvre, l'Elysée doit trouver un nouvel impôt pour financer ses engagements, ou en tout cas celui de Martin Hirsch qui propose une alternative pour sortir de la logique de l'assistanat et du RMI.

Dans un contexte de crise, impossible de ne rien faire pour les plus démunis, alors même que si le chômage tend à se réduire, ou à stagner, la précarité tend à se développer. Cela ce n'est pas la faute de Sarkozy, seul, mais de la politique économique française basée sur la consommation plutôt que sur l'investissement.

A priori en politique il est toujours plus intéressant de flatter le court terme, plutôt que de s&#…

Diplomatie : Carla représente les Sarkozy auprès du Daila Lama

Pas de rupture dans le jeu diplomatique français, tout comme Mitterand à son époque, Sarkozy, en moins fin, réalise le grand écart, pas de réception du Daila Lama, mais les honneurs quand même de la première dame de France et du sous-chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner.

Evidemment la Chine pourra s'offusquer, mais à l'époque Mitterand, quand Danielle sortait de la ligne de l'Elysée, cela était commenté par on ne peut pas interdire en France aux femmes de ne pas obéir à leurs maris tant est qu'ils aient leur mot à dire...

Bref, c'est une technique comme une autre que beaucoup commenteront, elle n'est pas membre du gouvernement la Carla, non évidemment, mais elle est aussi là et si elle ne comptait pas personne n'en parlerait, que ce soit sur le fond ou sur la forme, d'ailleurs plus sur la forme, puisqu'il s'agit bien évidemment d'une opé de com'...

L'armée Française dans la ligne de mire

Image
10 morts et 21 blessés, l'armée française vient de vivre sa plus violente agression depuis le Liban en 1983.

La cause est juste pour Nicolas Sarkozy, qui savait, en renforçant la présence française dans un secteur dont l'insécurité est de plus en plus manifeste, que les français subiraient des pertes. Elles sont là, malheureusement.

L'opinion publique française est, pour les deux tiers opposée, à toute forme d'intervention en Afghanistan. La raison en est simple, cette guerre n'est pas la notre dans le sens où ce sont les américains qui ont dirigés les opérations depuis 2001, en représailles aux attentats du 11/09.

L'Afghanistan est bien un piège, adossée au Pakistan, zone de repli et d'approvisionnement des taliabans et d'Al Qaeda, le pays compte comme voisin l'Iran... Mais le pire n'est pas là, l'Otan qui a pris le commandement en 2003 des opérations "alliées" n'a pas su rétablir la paix et un régime stable, laissant se redévelo…

Chercher la croissance avec les dents

Image
Le principal reproche que j'avais formulé lors des élections présidentielles concernant les différents programmes économiques, et en particulier ceux de Royal et Sarkozy, était leur imprudence en terme de croissance (de mémoire 2% et 2,25%). Sarkozy allant même jusqu'à promettre d'aller chercher la croissance avec les dents s'il le faut. Reproche renouvellé en septembre (lire ici).

A quelques mois d'une annonce possible de récession (Pib en recul deux trimestres de suite), ce n'est plus de croissance dont il faut parler mais de récession.

Dans de telles perspectives économiques la réunion de crise de Matignon n'aura d'autres buts que de réaliser le constat que l'année sera difficile pour le budget de la France, et par conséquent pour le chomage et le moral des Français.

Les réformes engagées aujourd'hui et demain n'auront pas d'effets immédiats, et il est souhaitable de poursuivre les réformes permettant de moderniser notre économie tout en…

Sur le fil et en retard à propos de Thierry Cornillet

Bon, je l'avais en stock, Thierry Cornillet a décidé de rejoindre le PR de Borloo et par conséquent de quitter Bayrou. Il est vrai qu'après le manifeste pour un vrai centre, et après voir éviter l'affrontement avec Bayrou lors du dernier vote du Modem, Thierry Cornillet n'avait pas d'alternative autre que de quitter le Modem.

Il évite de rejoindre le Nouveau Centre, c'est un bon point, et se retrouve donc indirectement dans l'UMP.

Bayrou avait encore bien joué la manoeuvre, prêt à transformer le vote un réferendum pour ou contre lui. En l'occurence il ne restait que la motion de François Bayrou contre personne, afin de m'éviter une dépense inutile dans un vote vain, je n'ai pas renouvellé mon adhésion au Modem, on verra plus tard... de toute façon j'aurais voté contre... le management de Bayrou.

Les socialistes peinent, Sarko toujours de bonnes bases

Image
Selon un sondage CSA, parut dans Marianne, les candidats socialistes n'arrivent toujours pas à percer dans l'opinion publique en tant qu'opposants, alternative à Nicolas Sarkozy.

Pire même, Nicolas Sarkozy obtiendrait 33% des suffrages au premier tour de l'élection présidentielle, soit deux points de plus que lors de la présidentielle, confirmant ainsi qu'il possède une base électorale forte quoiqu'on en dise.

François Bayrou perdrait un point et Ségolène en perdrait 4, bref un second tour Nico-Ségo.

Conclusions :
1- Sarkozy sait qu'il a malgré une cote de popularité "faible" une base électorale "forte", différence énorme avec son prédecesseur, J. Chirac, qui n'avait pas un tel soutien...
2- Les socialistes, Ségolène Royal en tête, ne parviennent pas à sortir d'un débat entre social démocratie et radicalisme anti-capitalisme, l'heure des grandes synthèses est morte, mais la tradition plombe le PS
3- La bonne affaire de Bayrou qui s…

Mais qui veut taxer mes pizzas?

Image
Nos pizzas, nos pommes de terres surgelées, nos sucreries, nos boissons sucrées, sont elles condamnées à être taxées?

Le grand jeu des bonus malus s'étend donc à tous les secteurs de l'économie, pour ma part je l'ai prôné pour lutter contre les monopoles en proposant une taxe microsoft. Pour les voitures, consommation et émission de CO2 nous permettent d'avoir une prime ou une prune.

Demain, pour lutter contre l'obésité, drame du genre occidental victime de la sur-consommation et de la sur-publicité, la TVA "gras". Une "surtaxe" pour les aliments qui seront considérés comme trop sucrés, trop gras.

En fait il ne s'agit pas d'une surtaxe, mais de l'application de la TVA dite à taux normal, puisque les produits de premières nécessités, dont l'alimentation est taxée sur la base d'une TVA réduite de 5,5%.

L'idée devient donc moins saugrenue, le but de la TVA à taux réduit, produits de premières nécessités, n'est pas de facilit…