Bourse : vendre, acheter, attendre... crise après crise

La crise boursière fera donc une fois encore la une des news de nos magazines et journaux de l'été.

Il y a un an la crise des subprimes qui était déjà pressentie depuis la fin 2006, faisait chuter les bourses mondiales qui entraient alors, pour une période encore longue, dans une baisse en cascades, crises après crises.

Vous le voyez sur le graphe, c'est l'évolution du CAC 40 sur les dix dernières années. Le pic des 6800 points est atteint en septembre 2000. La bulle internet éclate pour entrainer la bourse en mars 2003 à 2500 points.

Tout comme la bulle internet, la crise des subprimes n'est pas la cause de l'ensemble de la chute. Il y eut Enron, Worldcom puis le 11/09/01, et enfin la guerre en Irak qui ont poussé les bourses à la baisse sur toute cette période.

Aujourd'hui la crise se complète d'une explosion des prix de l'énergie et par une crise monétaire et financière en germe. Il est trop tôt pour dire jusqu'à quel niveau les bourses vont descendre, par contre il est certain que la barre des 4100 points pour le CAC40 n'est qu'une étape et qu'il faudra attendre au moins une année encore avant de pouvoir investir sereinement (pour les petits porteurs j'entends).

La prochaine étape est donc l'entrée en récession des zone Europes et US (croissance négative deux trimestres de suite).

Au mieux nous aurons une période de stagflation, mais de nombreux indices font pencher la balance vers la récession.

En effet la crise du crédit immobilier entraine une crise de l'immobilier, et même si la demande théorique reste élevée, et les taux américains bas, de nombreux américains voient leurs "économies immobilières" chuter. En Europe, le ralentissement de la croissance entraine un ralentissement des ventes et une stagnation des prix et bientôt une baisse des prix. Mais fait exceptionnel, autant la bulle internet en éclatant avait permis aux investisseurs de se retourner vers l'immobilier, autant la crise des subprimes entraine avec elle l'ensemble de l'épargne à la baisse. L'une des raisons en est simple : nous avons tous à des degrés divers de l'épargne qui repose sur des produits financiers et / ou immobiliers touchés par la crise des subprimes... et aucune autre valeur refuge (l'épargne à 4% est grignotée par l'inflation à 4%).

En conclusions

Pour la bourse :
Il faut vendre si vous avez acheté au bon prix, car en 2009 la chute va se poursuivre
Il faut attendre si vous n'avez aucun besoin immédiat et que vous avez au moins 5 ans devant vous
Il ne faut pas acheter (sauf sur des allers-retours) car la baisse n'est pas terminée...

Pour l'immobilier :
Il faut vendre en minorant son prix par rapport au marché actuel (si votre bien à plus de 5 ans de toute façon vous avez réalisé une plus value importante)
Il ne faut pas acheter (sauf dans certaines régions) ou bien il ne faut pas hésiter à négocier fortement pour compenser la hausse des taux d'intérêts en argant que le délai moyen de vente frise aujourd'hui les 12 mois.

Pour le graphe : http://bourse.lesechos.fr/bourse/details/graphique_histo.jsp

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Minecraft un jeu pour enfant qui propose des personnages d'Hitler

Faire de la politique sans étiquette : la République 2.0