Nee, non, no


A nouveau l'Europe essuie un revers, à nouveau ce revers provient d'un référendum. Démocratie directe d'une nation qui ne souhaite pas donner son feu vert à l'Union Européenne pour un traité qui doit règler le fonctionnement européen.

Ce non rappelle simplement que s'il faut un referendum sur l'Europe, pour le déconnecter de tout enjeu national, il faut absolument que ce referendum soit "Européen" pour un résultat européen et non plus national.

Ce non, à nouveau montre la distanciation entre l'Europe et les européens. Pourtant cette Europe est un succès. Paix, libre circulation, Euro, Airbus... pour les plus symboliques, Erasmus pour les études. Bref l'Europe se vit tous les jours.

Mais ce troisième échec montre qu'il est nécessaire de repenser l'Europe. Voulons nous réellement de cette Europe politique? Ne faut-il pas se donner une autre ambition européenne?

La solution est-elle dans le status quo?

Finalement plutôt que de se lamenter sur une évidence, il faut admettre qu'il y aura toujours une nation qui dira non au nouveau fonctionnement de l'Europe. Chacun sa peur.

Repenser et redessinner l'Europe, une Europe simple, qui s'occupe de liberté de circulation, de marché et de règlementations liées à la concurrence permettrait d'élargir ce marché et cet espace aux confins de l'Ukraine et de la Turquie. Intérêts géostratégiques évidents d'avoir une zone de marché élargie au-delà de cette "Vieille Europe".

Au sein de ce marché, une zone plus intégrée peut être avec la zone €uro. Rappelons que le traité de Maastricht qui définit des critères de convergences pour l'ensemble des pays Européens permettent déjà une certaine "harmonisation" au moins sur les objectifs.

Enfin, l'Europe de la défense se retrouve au sein de l'Otan, dans une organisation qui peut alors repenser ses zones d'interventions et ses missions. La ré-intégration de la France dans l'Otan est en ce sens une bonne nouvelle dans un monde multi-polaire, nos capacités d'intervention sont de plus en plus faible (les causes en sont multiples).

3 "nons", il faut peut être s'y faire, le rêve européen n'a pas de plan C et l'Irlande qui dit non même avec une faible participation de 40%, fait un choix qui enquiquine tout le monde, c'est peut être d'ailleurs l'une des raison de cette "victoire"...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Minecraft un jeu pour enfant qui propose des personnages d'Hitler

#Balancetonporc : l'indispensable parole