MANIFESTE POUR UN VRAI CENTRE, par Thierry Cornillet



Pourquoi en sommes-nous là ?

L’UDF, depuis sa création en 1978, a subi 4 vagues successives de départs qui l’ont divisée et affaiblie particulièrement en terme d’élus

- en 1997 avec les départs de Républicains de Démocratie Libérale d’Alain Madelin

- en 2002 après la création de l’UMP

- en 2007 avec la création du Nouveau Centre

- en 2007 encore, avec la mise au congélateur de l’UDF, la disparition du sigle, et la création du MODEM.

10 ans, bientôt 11 ans de perte d’influence et de moindre capacité d’action dans la vie publique

La création de l’UMP constituait un vrai danger pour l’UDF. Convenons qu’elle a bien résisté à cette tentative de captation. Avec plus de 12% des voix obtenues aux élections Régionales et Européennes de 2004, elle a même reconquis presque son étiage électoral moyen.

Aux élections présidentielles elle a toujours eu la capacité de présenter des candidats.

François Bayrou, pour sa part, a porté deux fois le flambeau.

  • en 2002, comme candidat de l’UDF (puisque l’UMP n’a été fondée qu’après le choc de la présidentielle). Résultat : 6,84% ;
  • en 2007, lors de la dernière élection, résultat 18,57% au terme d’une très belle campagne de son Président et de l’UDF…. car le Modem n’existait pas encore.

Une analyse courte mais qui participe de la légende, veut que ce score soit « exceptionnel » et porteur d’avenir.

Hélas, ce n’est pas vrai!

François Bayrou ne partait pas de 6,84% mais d’environ 13% (résultat cumulé par l’UDF tant aux régionales qu’aux européennes de 2004). Le gain final est de 5,8% et s’explique aisément par l’addition d’anti-ségolénistes et d’un peu d’anti-sarkozystes.

C’est même un résultat moyen si l’on considère le différentiel avec les concurrents

N.Sarkozy (31,18%, soit + 12.61%, 4 629 388 voix de plus) et S.Royal (25,87% soit +7.30% , 2 680 381 voix de plus).

Rappel : En 1988 Raymond Barre :13,19% par rapport à J. Chirac :15.91%

Idem si l’on considère qu’en 1995 E. Balladur était le candidat centriste :18,58% par rapport à J Chirac :20,84%

Ce capital de 18,5% pourtant intéressant et prometteur fut gaspillé, à la veille du 2éme tour, en une phase que François Bayrou a prononcée inconsidérément en dépit de la position unanime du Comité exécutif : « Je ne voterai pas Nicolas Sarkozy ». Ce qui a été immédiatement compris par « je voterai Ségolène Royal » (qui s’est d’ailleurs empressée de le remercier).

C’était parfait pour gâcher son électorat, car qu’on le veuille ou non, l’électorat de base , l’électorat « nucléaire » de l’UDF est de Centre et de Centre droit, et cet électorat nous a, hélas, quitté.

Résultat : 7,3% aux élections législatives qui ont suivi avec trois députés (trente auparavant) et la chute s’amplifie.

Lors des élections municipales, du fait de la stratégie « à la carte » proposée par notre Président, l’image du parti s’est gravement altérée. « Mais où habite-t-il ? »

Quant à sa lisibilité, elle apparaît plus que brouillée. « Mais où vont-ils ? »

« Parti de la gamelle », « Formation opportuniste » tout a été entendu.

Notre UDF, devenue MODEM, n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Les élus ont disparu, soit entraînés vers de nouveaux partis, soit restant en déshérence mais hors du parti.

Nos militants anciens se frottent à longueur de réunions à nombre de militants nouveaux dont la fraîcheur d’âme et la diversité politique n’ont rien à envier à l’inexpérience.

Le seul point commun de beaucoup de ces nouveaux adhérents est la personnalité de François Bayrou plus que l’adhésion politique. Situation qui est à la fois périlleuse car volatile et surprenante car peu conforme à la tradition anti homme providentiel du centrisme français. Qui plus est, elle donne prise à la critique de dérive sectaire.

Ce parti est la propriété collective de tous les adhérents et ne saurait être capté par un clan quelconque ou mis au service exclusif d’une seule ambition personnelle.

Nous demandons donc :

- un retour à la lucidité

C'est-à-dire reconnaître, même si on peut le déplorer, que le scrutin majoritaire à 2 tours est la règle d’airain qui régit la vie politique, qu’elle a ses contraintes, et que sauf à avoir 51% tout seul au 1er tour, il faut des alliés pour être élu, et qu’il faut des élus pour peser sur les choix ou gouverner.

- une morale d’honnêteté politique

Il faut dire, avant le premier tour, qui sont ses alliés, c'est-à-dire ceux avec qui on partage le plus de valeurs et quel bout de route on peut emprunter avec, soit que nous les rejoignons soit qu’ils se rallient à nous.

Observons que les rares succès enregistrés à ces élections municipales l’ont été par alliance avec l’UMP, à très peu d’exceptions près.

Avons-nous d’ailleurs une alternative crédible, en l’absence d’un grand parti social-démocrate séparé des communistes et de l’extrême gauche, sauf à vouloir devenir un supplétif dans une stratégie « arc en ciel » comme en Italie: de Bezancenot à Bayrou ?

- La fin des légendes

· Celle d’un résultat exceptionnel aux présidentielles

· Celle de l’indépendance du Centre

Ce n’est qu’une posture, nous avons toujours été indépendants et libres mais l’indépendance en politique c’est d’abord la puissance et la capacité d’agir.

L’UDF était puissante et indépendante, le MODEM n’est que faible et à la merci de ses alliés « interchangeables ».

· Celle de la construction d’un parti nouveau

« nous n’avons que trois mois » « il faut du temps » ….

En fait de construction, c’est à une déconstruction systématique à laquelle on assiste. Faut-il rappeler que l’UDF dont le Modem profite tant en locaux qu’en subsides a bientôt 30 ans, qu’elle avait des élus sur tout le territoire et à tous les niveaux de responsabilités.

Le nombre d’élus dont nous disposons maintenant (moins que le parti communiste !) la capacité réelle d’agiter autre chose que le ministère de la parole ou l’incantation à la « résistance », ne sont que quelques uns des critères apparents de cette perte de substance.

· Celle de l’élection salvatrice, rédemptrice, à la présidentielle de 2012.

Une élection présidentielle est l’aboutissement d’un processus, pas un préalable

On ne peut pas sacrifier un parti et ses élus, à ce qui, en l’état, n’est qu’une chimère.

Sous le Vème République, sans parti puissant en terme d’élus, on ne gagne pas une primaire présidentielle.

- L’arrêt de la stratégie de l’embuscade permanente

Faute de peser réellement sur les choses, les dirigeants actuels du Modem souhaitent la défaite du gouvernement et l’échec des réformes pour se refaire une santé à bon compte.

Réformes que nous avons pourtant appelées de nos vœux lors de la campagne présidentielle.

Notre parti s’honorerait de voter celles qui lui paraissent bonnes, voire en les amendant, fussent-elles douloureuses et impopulaires dans un premier temps.

- Un partenariat actif pour ces réformes

Une forme de contrat de gouvernement, si nos valeurs et nos propositions sont prises en compte peut être passée avec la majorité présidentielle, sans y perdre son âme, tout en restant libre de le dénoncer si les termes du contrat ne sont pas respectés.

- La renaissance de l’UDF

Notre parti politique, socle du Centre, a été inconsidérément « assassiné » au Congrès de Villepinte. Nous demandons sa réactivation et l’organisation d’un congrès de renaissance de l’UDF sous forme éventuellement de fédération qui pourrait intégrer le MODEM comme l’un des membres.

Dans un premier temps et, sans préjudice d’un Congrès ultérieur, nous demandons la réunion rapide du bureau de 30 membres élus par le Congrès de l’UDF de 2007 chargé d’en défendre les intérêts juridiques, matériels et moraux.

- La mise à disposition de moyens et de capacité d’expression

au sein de cette fédération par partage, à convenir, de l’argent public versé (subsides calculés sur la base de candidatures aux législatives dont beaucoup ne sont plus sur la ligne politique actuelle du parti).

- L’ouverture immédiate de discussions par un collège à déterminer, avec le Nouveau Centre, Avenir Démocrate, le Parti Radical et toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans le Centrisme afin de constituer une Fédération du Centre pour éviter que la division à l’infini de ses composants ne soit l’avenir du Centre en France. Il faut rassembler ce qui est épars, sinon la bipolarisation aura vraiment gagné.

Tout ceci est possible au sein de notre formation, fusse contre la volonté de son Président et sans son autorisation.

Rien ne vous oblige à quitter le parti. La façon dont son Histoire va maintenant s’écrire est de votre responsabilité.

C’est en son sein qu’il faudra faire renaître l’espoir et regagner la confiance des françaises et des français.

Si vous partagez cette analyse, pour le moins en partie,

Rejoignez-nous, soit en m’écrivant :

Thierry Cornillet BP 28 26201 Montélimar

Soit par message courriel à : lesamisdeludf@live.fr

Commentaires

  1. Bonjour,
    Je trouve votre analyse très judicieuse
    La difficulté majeure réside dans la cohabitation des nouveaux adhérents Modem (nombreux) et des élus principalement UDF derrière un leader qui ne peut être aujourd'hui que François Bayrou
    Cela permettrait d'exister face à l'UMP tout en ralliant la gauche modérée.
    Cela constituerait un vrai socle électoral.
    J'ai peut-être lu un peu vite mais je n'ai pas vu d'allusion à Cap 21
    J'attends avec intérêt les suites données à votre grande idée
    PR

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Je crains que pour mener à bien votre dessein, il ne vous faille attendre que le couple infernal Bayrou-Sarnez ne dégage...

    Bonne chance!

    RépondreSupprimer
  3. BINGERT Philippe06 avril, 2008 21:32

    Bonjour,

    A Guebwiller, ville de 12000 habitants dans le Haut-Rhin (68), la situation suivante s'est présentée aux municipales:

    - une candidate MoDem (Anne Dehestru)s'est présentée, a obtenu à titre personnel le soutien du MoDem et a constitué une liste commune avec la majorité UMP
    et un candidat sans étiquette connu pour aller dans le sens du vent. Les tendances qu'elle a réunies avaient obtenu en 2001 près de 80 % des suffrages

    - peu après l'annonce de la constution de cette liste, un adjoint sortant UMP a fait sécession et constitué sa propre liste UMP pur jus

    - en ce qui me concerne, flairant que cela ne donnerait rien de bon, j'ai rejoint avec d'autres centristes modérés, une liste d'ouverture menée par un représentant du PS, mais sans tendance politique déclarée, sinon un rassemblement de la gauche et du centre

    Résultat des courses :

    Notre liste d'ouverture l'a emporté avec 49 % des suffrages contre 27 % à la candidate adoubée par tous les dirigeants régionaux des partis de droite et du MoDem. Cette dernière a quitté depuis les instances du MoDem et la présidence de la 7ème circonscription du Ht-Rhin.

    C'est donc un contre-exemple à l'idée que toutes les alliances gagnantes se sont nouées avec la droite et l'UMP.

    Il s'agit donc pour les adhérents
    de reconstituer une structure et les atermoiements actuels de notre parti ne nous y aident pas.

    Je suis ouvert à votre approche et je réaffirme la nécessité d'une force centrale indépendante des partis de gauche et de droite.
    Avec F.BAYROU ou sans lui, that is the question ...

    Philippe Bingert
    Conseiller Municipal de Guebwiller
    Adhérent UDF puis MoDem depuis 2002

    RépondreSupprimer
  4. Cher M. Bingert,

    Je ne doute pas de votre sincérité et je suis persuadé que vous avez fait le bon choix pour votre commune.

    La stratégie de Bayrou d'ouverture à droite ou à gauche n'est possible qu'à une seule condition que les critères d'évalutation pour "choisir" la stratégie locale soient les plus objectifs possibles.

    Or il n'en fut rien, soutenir un moment Perben pour trouver une liste à présenter à Lyon quand une grande partie s'en fut aux cotés de Collomb ne clarifie en rien le débat politique...

    RépondreSupprimer
  5. Comme l'évoquent plusieurs commentaires, le problème de fond vient de l'exécutif du MoDem. F. Bayrou a initié une idée mais à l'aveuglette. Seul un changement complet de l'équipe de l'exécutif et le retrait de F. Bayrou d'un poste qui fait tanguer le navire permettront de remettre l'embarcation à flots.

    RépondreSupprimer
  6. Pas du tout d'accord avec l'explication des pourcentages.

    Dire que Bayrou partait de 13% me parait pas correct. D'ailleurs ce n'est pas ce qu'indiquaient les sondages : 2007.tns-sofres.com/evolution-intentions.php

    Personnellement en 2004, j'ai voté UDF car la meilleure campagne avait été faite par l'UDF. On sentait que l'UDF soutenait l'Europe, alors que les autres (PS et UMP) n'avaient pas l'air d'être vraiment intéressés.
    En 2007, j'ai été confronté au choix habituel UMP/PS. Mais entre les promesses + l'instabilité de NS et l'incohérence de SR, j'ai soudainement été séduit (mi-janvier) par une 3ème voie ignorée jusqu'alors parce qu'inaudible : Bayrou et son programme.

    RépondreSupprimer
  7. Pas d'accord sur le fait que Bayrou soit responsable de l'explosion de l'UDF pendant l'entre-deux tours de la présidentielle.

    On essaie de nous faire croire qu'il voulait voter SR alors que les plus avertis savent très bien qu'il a voté blanc.

    Après avoir accumulé plus de 18% des voix à la présidentielle, les députés UDF auraient dû se réunir pour discuter du "poids" du Centre et de leur stratégie pour la suite.

    Or ça n'a pas été le cas, La plupart se sont dépêchés de soutenir Sarkozy, avec une espèce d'urgence (...). Où est la cohérence dans tout ça ?

    Peut-être qu'ils ne s'intéressaient pas au poids de l'UDF mais à leur poids personnel. D'ailleurs les plus rapides ont été les premiers servis :
    tempsreel.nouvelobs.com/speciales/
    politique/elysee_2007/20070429.OBS4701/
    herve_morin_chef_de_file_udfvotera
    _sans_hesitation_sark.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs...

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Minecraft un jeu pour enfant qui propose des personnages d'Hitler

#Balancetonporc : l'indispensable parole