Accéder au contenu principal

Le Modem marche sur la tête

C'est toujours un peu difficile d'écrire sur un parti auquel on appartient, surtout quand ce même parti entre dans des zones de turbulences et que l'on est soit même impliqué...

Pourtant j'y vais de mes piques volontiers planter quelques bandrilles dans les écharpes oranges qui se déchirent. Et pour cause, la rupture réalisée par Bayrou avec l'UDF traditionnelle pose autant problème aux nouveaux adhérents, issus souvent de la "sociale-démocratie" que des anciens, plus habitués à l'alliance avec le RPR et l'UMP. L'analyse de fond est bonne, car la gauche socialiste à ne pas choisir entre la sociale démocratie et l'anti-libéralisme a tenté de faire une synthèse impossible. Bayrou a tenté lui de réaliser le hold-up parfait, et nous avec, en proposant un nouveau choix incarné par la sociale-économie.

Mais dans cette démarche qui se veut constructive, c'est la destruction qui apparaît, une lutte intestine au sein du Mouvement Démocrates. La principale raison de ce "désastre" est à chercher dans la jeunesse du mouvement et par le départ massif des cadres. En créant le Mouvement Démocrate à quelques encablures des municipales, le mouvement n'a pas pu ni su s'organiser correctement. Ainsi les comités départementaux sont-ils devenus la possession de seconds couteaux qui ont profité du départ des "UDF" pour prendre en partie le pouvoir.

Ainsi il se trouve par exemple que j'ai reçu un mail indiquant mon exclusion de la part de mon président ou secrétaire départemental sans que pour autant cette exclusion ne fut évoquée lors du conseil départemental et sans que cela soit justifié. Je vous rassure, je suis toujours membre du Mouvement malgré ce mail il sagit bien sûr d'une intimidation, mes choix ne reflétant pas ceux des copains du président et secrétaire.

Ainsi aussi à Lyon c'est un beau bordel, une liste pro-Perben, une liste pro-Collomb et une liste pro indépendante... Et s'il n'y avait que Lyon... Il faut voir Montpellier et le Modem Marc Dufour qui va sur la liste du PS, d'autres qui affirment aller en indépendants, le tout sans vote des militants... Car c'est bien là que se pose le problème, le Mouvement Démocrate se déchire, sans commission de discipline, sans leader autre que Bayrou, le jeu électoral se fait souvent dans les arrières cuisines politiciennes plutôt que sur la base du travail de milliers de militants.

Evidemment, la lecture de la presse montre aussi que l'UMP et le PS ne sont pas exempts de ces dérives, suspensions, exclusions et ré-intégrations sont légions dans la vie politique, car comme pour le chats, les hommes et femmes politiques pour peu qu'ils croient vraiment en eux et en leur destin, bénéficient de plusieurs vies. Pour un mouvement politique tout jeune, par contre, il n'y a qu'une vie, le PS arrive au bout de la sienne car il est au bout de son projet et devra changer de nom et de chef pour rebondir, l'UMP est en pleine maturité, le PCF à l'agonie, le FN en perte de repères aussi, et enfin le Modem se cherche et ne se trouve pas....

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Peut-on refuser les calendriers des étrennes ?

Minecraft un jeu pour enfant qui propose des personnages d'Hitler

#Balancetonporc : l'indispensable parole